Relation Clients

La génération Y : un rapport différent aux banques et assurances.

génération Y et banques assurances
20 March 2018

Les 20-35 ans expriment à travers leurs réponses un rapport essentiellement utilitaire, fondé sur la comparaison pragmatique des avantages de chaque service. Le bénéfice utilisateur
recherché réside totalement dans l’usage, au contraire d’un réseau social dont le bénéficeutilisateur est surtout d’ordre symbolique.

 

1 / Des offres bancaires indifférenciées aux yeux d'un jeune sur deux

Différenciation des offres banques et assurances

Dans leur grande majorité, les « Y » consomment en priorité des services bancaires ou assurantiels de base, sur lesquels la différence d’une offre à une autre est moins perceptible.
La relative complexité des sujets est aussi souvent citée comme un frein à la possibilité de comparer plus finement les offres, autrement que par la simple confrontation des prix.
Ce sentiment d’indifférenciation n’en traduit pas moins le fait que les jeunes ne sont pas dans un rapport affectif, mais utilitaire avec leurs marques bancaires et assurantielles.

 

2 / Une génération "Y" multi-équipée, surtout les CSP+

Génération Y multi-équipée

Les « Y », mais sont-ils vraiment les seuls, ont pris l’habitude de changer sans changer, c’est-à-dire de composer leur propre bouquet de services à partir d’offres provenant de multiples acteurs.

 

 

3 / Un "Y" sur dix a déjà son fournisseur principal en ligne

Client principal génération Y

Le relativement faible taux d’adoption de la banque ou de l’assurance en ligne comme interlocuteur principal vient contredire l’idée reçue inverse. Si les jeunes clients banque et assurance 100% digitaux se disent satisfaits de leur relation clients, le caractère digital de cette relation n’est pas le principal critère de satisfaction.

 

4 / Changer de banque ou d'assurance est généralement envisageable, surtout pour les CSP+ et les 30-35 ans

Changement d'offres

 

Les réponses obtenues ne tiennent pas compte des effets de la loi Macron en termes de mobilité bancaire. La volonté de changement est plus marquée chez les 30-35 ans. Plus avancés en âge et dans leur vie professionnelle, ces derniers utilisent plus d’éléments de l’offre bancaire ou assurantielle, et sont de ce fait confrontés à des parcours plus complexes et/ou frustrants.

 

Changement de banque/assurance

Évaluez l'article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Aucune évaluation)
Partagez l'article :

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser

KYC : vers la conformité

  analyse de données, blockchain, digitalisation, données numériques, Intelligence Artificielle, sécurisation des données

Etre KYC compliant nécessite de mettre en place des protocoles, des savoir-faire humains et des technologies qui puissent sécuriser l’authen . . .

15 October 2018 0 commentaires 1

Sécurité et confiance, vers un nouveau paradigme

  outils digitaux, Santé, sécurisation des données

À compter du 1er janvier 2019, les règles applicables à l’hébergement agréé des données de santé (HADS) vont changer. Ce…

12 July 2018 0 commentaires 2

Automatiser ne suffit pas, il faut aussi gagner en intelligence

  expérience digitale, Innovation, Intelligence Artificielle

Innover ce n’est pas seulement chercher à accélérer les traitements en back office pour se mettre au rythme imposé par…

10 July 2018 0 commentaires 0

Relation Clients

La génération Y : un rapport différent aux banques et assurances.

génération Y et banques assurances
Par  20 March 2018

Les 20-35 ans expriment à travers leurs réponses un rapport essentiellement utilitaire, fondé sur la comparaison pragmatique des avantages de chaque service. Le bénéfice utilisateur recherché réside totalement dans l’usage, au contraire d’un réseau social dont le bénéficeutilisateur est surtout d’ordre symbolique.  

1 / Des offres bancaires indifférenciées aux yeux d'un jeune sur deux

Différenciation des offres banques et assurances Dans leur grande majorité, les « Y » consomment en priorité des services bancaires ou assurantiels de base, sur lesquels la différence d’une offre à une autre est moins perceptible. La relative complexité des sujets est aussi souvent citée comme un frein à la possibilité de comparer plus finement les offres, autrement que par la simple confrontation des prix. Ce sentiment d’indifférenciation n’en traduit pas moins le fait que les jeunes ne sont pas dans un rapport affectif, mais utilitaire avec leurs marques bancaires et assurantielles.  

2 / Une génération "Y" multi-équipée, surtout les CSP+

Génération Y multi-équipée Les « Y », mais sont-ils vraiment les seuls, ont pris l’habitude de changer sans changer, c’est-à-dire de composer leur propre bouquet de services à partir d’offres provenant de multiples acteurs.  
 

3 / Un "Y" sur dix a déjà son fournisseur principal en ligne

Client principal génération Y Le relativement faible taux d’adoption de la banque ou de l’assurance en ligne comme interlocuteur principal vient contredire l’idée reçue inverse. Si les jeunes clients banque et assurance 100% digitaux se disent satisfaits de leur relation clients, le caractère digital de cette relation n’est pas le principal critère de satisfaction.  

4 / Changer de banque ou d'assurance est généralement envisageable, surtout pour les CSP+ et les 30-35 ans

Changement d'offres   Les réponses obtenues ne tiennent pas compte des effets de la loi Macron en termes de mobilité bancaire. La volonté de changement est plus marquée chez les 30-35 ans. Plus avancés en âge et dans leur vie professionnelle, ces derniers utilisent plus d’éléments de l’offre bancaire ou assurantielle, et sont de ce fait confrontés à des parcours plus complexes et/ou frustrants.   Changement de banque/assurance